Les halles de Béziers type Baltard

5 Place Pierre Sémard – 34500 Béziers

Tél.: 06 87 35 59 26

Ouverture: du mardi au dimanche : de 7h à 13h30 (15h le dimanche)

Les Halles de Béziers, de type Baltard, ont été construites en 1891. Et totalement rénovées un siècle plus tard, en 1987. Elles sont aujourd’hui inscrites à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Au Moyen-Age, à l’emplacement des halles s’élevait l’église Saint-Félix (romane). C’est là que le 7 avril 1247, le vicomte de Béziers, Raymond II Trencavel, après un ultime sursaut de révolte contre le pouvoir du roi de France, remit sa vicomté entre les mains de Saint-Louis.
Halles ouvertes du mardi au dimanche de 07.00h à 13h30 (15.00h le dimanche).

L’église fut rasée en 1815, le lieu devint un cimetière pour indigents. Jusqu’aux “grands travaux haussmanniens” du XIXe siècle, voulus par le maire Alphonse Mas. Et donc, on ouvrit les halles de Béizrs. Aujourd’hui, elles abritent 21 étals de commerçants et producteurs locaux, qui attirent les habitants tous les jours.

D’une surface de 2800 m², elles représentent la plus grande surface de produits frais de la ville. La plupart des métiers de bouche y sont implantés : boulangers, pâtissiers, fromagers, charcutiers, bouchers, traiteurs, poissonniers, primeurs, volaillers, épiceries fines et bio, bars, cafés, cavistes… La gastronomie locale y est largement représentée. Sans oublier les bars et restaurants où règne une ambiance chaleureuse et conviviale.

C’est qui, Baltard?

Baltard : l’architecte du «Nouveau Paris»

Victor Baltard, un des célèbres architectes en France, né à Paris le 19 juin 1805 . Outre les fameuses Halles de Paris disparues, Victor Baltard, architecte officiel de la Ville de Paris de 1839 à 1870 a laissé bien d’autres constructions du Paris du second Empire.

Premier grand Prix de Rome en 1833, le jeune Victor Baltard séjourne dans la Ville Éternelle jusqu’en 1839. C’est à Rome qu’il rencontre le célèbre peintre Jean-Aguste-Dominique Ingres alors directeur de l’Académie de France. Devenu très proche du peintre, c’est à Baltard que revient la construction du monument funéraire d’Ingres au Père Lachaise.

Nommé inspecteur des Beaux-Arts de la Ville de Paris en 1842, il supervise le décor des églises paroissiales de la capitale. Il serait fastidieux de lister tous les embellissements que le diocèse de Paris doit à Baltard.

Quelques années auparavant le célèbre projet des Halles, Victor Baltard obtient en 1846 le chantier de l’hôtel du Timbre, de L’Enregistrement et des Domaines commencé par l’architecte Paul Lelong (1799-1846).

Dans l’église Saint-Germain-des-Prés, Victor Baltard réalise l’émouvant monument commémoratif dédié à son ami le peintre Hippolyte Flandrin.Le baron Haussmann le charge de construire une église à l’angle du Boulevard Malesherbes et de l’avenue Portalis.

En 1871, il s’attelle au monument funéraire de l’organiste compositeur Lefèbure-Wély. Non loin de la stèle de Chopin, Baltard a dessiné le monument dont le bas-relief exécuté par le statuaire Hyacinthe Chevalier, représente l’ange de l’harmonie, palme en main, plaintif et penché sur le clavier en deuil du célèbre organiste.

Victor Baltard a donc doté Paris de nombreuses constructions. On lui doit également le siège des pompes funèbres municipales qui abritent aujourd’hui le Centquatre, les grands abattoirs de la Villette (19ème), le marché Sécretan (XIXe) ou encore… les candélabres du Pont Neuf.

Acteur majeur dans la modernisation de la capitale, l’éminent architecte demeure un artiste emblématique du second Empire qui a marqué un réel progrès dans l’art de bâtir.

Les policiers à la rencontre des commerçants et des habitants

La Police nationale est allée au contact des commerçants et des habitants.

Il est presque 10 h, ce samedi 4 décembre 2021, au matin, dans les halles de la Devèze. Comme chaque week-end, le marché couvert grouille de monde.

Assis paisiblement sur un tabouret de bar, Roberto déguste un café. Il discute avec Fouzia, la présidente de l’association des commerçants des lieux. Le Biterrois savoure l’instant. Il plaisante : “Normalement, il est interdit de rentrer à moto dans les halles !” lâche-t-il en souriant et en jetant un œil vers la grosse cylindrée de la Police, garée dans l’allée centrale.

Car ce samedi matin est un peu particulier. Au beau milieu du marché, des policiers se sont installés autour d’un stand, où clignotent deux petits gyrophares bleus. Ils sont venus à la rencontre du public. Pierre Castoldi, le sous-préfet de Béziers, est aussi présent.

“De l’animation dans les halles”

Tout sourire, la commissaire Sandrine Couzinet et ses collègues, dont un motard, accueillent les curieux : “C’est très bien qu’ils soient venus, ajoute Roberto qui est né et vit toujours à la Devèze. Cela montre une autre facette de la Police. Et cela crée, en plus, de l’animation dans les halles.”

Comme l’année dernière, l’opération connaît un franc succès. Fouzia s’en félicite : “Les gens sont d’abord surpris de voir venir les policiers dans les halles, où il y a une trentaine de commerçants, mais ensuite, ils apprécient d’aller à leur rencontre”. Régulièrement, des personnes s’approchent du stand et discutent avec les policiers.

“Nouer des contacts avec les habitants du quartier”

Parmi les fonctionnaires, il y a Yasmin Aliou, 24 ans. Elle est élève officier : “Ce type d’événement est très utile car il permet d’échanger, de répondre aux questions de la population, assure la jeune policière. Je me rends compte, d’ailleurs, que certains ne connaissaient pas bien notre institution.”

La commissaire Sandrine Couzinet apprécie l’instant : “Nous avons la volonté de nous rapprocher de la population, assure-t-elle. Cela permet aussi d’aborder, avec les gens, différents sujets d’inquiétude.” Certains se renseignent également sur le métier de policier.

“Un des buts est de resserrer les liens avec la Police, note Pierre Castoldi, le sous-préfet. Ce type d’opération donne l’occasion de présenter de la documentation au public et de nouer des contacts avec les habitants du quartier.” Visiblement le message passe bien.

LAURENT FRANÇOIS

———-

http://www.ville-beziers.fr

http://www.lefigaro.fr – LES ARCHIVES DU FIGARO

http://www.beziers-mediterranee.com

http://www.collection-jfm.fr

http://www.beziers-mediterranee.com

http://www.midilibre.com (Laurent François 6.12.2021)