Basilique Saint-Aphrodise

Adresse: Place Saint-Aphrodise – 34500 Béziers

Coodonnées: N43 346719°, E3.214549°

Ouverture:

  • Ouverture au public les lundis de juillet et août. L’édifice est fermé du fait des travaux, mais on peut contempler la façade occidentale restaurée (sur la Place, côté Rue Malbec).
  • Des visites sont organisées pour la fête votive (autour du 28 avril) et pour les Journées Européennes du Patrimoine.

La basilique a été construite sur l’emplacement d’une nécropole du Bas-Empire (284-476). Les Biterrois d’hier souffrent de la voir rasée par les Francs après 732.

A la suite de fouilles archéologiques, des sarcophages et des poteries romaines ont été trouvés. Dans la nef, on peut voir un sarcophage wisigothique, déposé sous l’orgue. La partie la plus ancienne de l’édifice correspond à la crypte située sous l’église, elle a été réaménagée à l’époque romane et fortement remaniée à la fin du XIXe siècle. Ce lieu est le berceau de la foi chrétienne de la ville.

Saint-Aphrodise, la plus ancienne église de la ville, porte le nom du premier évêque – martyr Aphrodise de Béziers. Le bâtiment se dresse sur la place saint-Aphrodise, en plein cœur de la ville, enchâssée dans les maisons qui l’entourent.

Probablement nommé par saint Paul de Narbonne, saint Aphrodise eut pour mission d’évangéliser la cité de Betarra au cours du IIIe siècle, pendant la période de la naissance du christianisme en Gaule ; l’église Saint-Aphrodise serait donc l’une des plus anciennes du pays. Elle est élevée sur la crypte du saint patron de la ville.

La basilique pré-romane connaît probablement le sort de toute la ville lors du siège et de la prise de Béziers, en 1209, par la Croisade contre les Cathar menée par Arnaud Amaury. Elle est remaniée à l’époque gothique.

À la suite de problèmes de structures et pour des raisons de sécurité, la basilique est restée fermée pendant plusieurs années. Les murs s’ouvraient littéralement en deux. En 2013 et 2014, des travaux sont engagés pour stabiliser et sauver le bâtiment.

L’église et le cloître d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 29 décembre 1983.

Béziers et Aphrodise, son saint patron

Saint Aphrodise, serait venu d’Orient sur son dromadaire, avec Paul Serge pour évangéliser la région, vers 250 de notre ère, le premier à Béziers, le second à Narbonne.

Victime de la dernière  persécution sous Dioclétien, saint Aphrodise a été décapité à Béziers. L’eau du puits dans lequel la tête fut jetée se mit à bouillonner et permit au martyr de la saisir. C’est en la portant (un saint « céphalophore ») qu’il aurait ensuite traversé la ville jusqu’à une grotte pour s’y ensevelir. Cette grotte est – dit-on – la crypte actuelle de l’église Saint-Aphrodise, construite sur une nécropole romaine encore utilisée dans les premières années du christianisme.

Après la mort de Saint Aphrodise, son chameau légendaire aurait été adopté par un potier et devint l’emblème totémique de la ville.

Ce premier évêque de Béziers reste un personnage important dans la mémoire collective et il est toujours vénéré. Premier sanctuaire chrétien de Béziers, la Basilique Saint-Aphrodise est au centre des festivités votives (le 28 avril) qui unissent dévotions et folklore.

Le camel est promené dans les rues sous la direction d’un personnage en costume oriental, le Papari. Ce nom pourrait provenir de l’aubergiste Jean Papary, qui jouait ce rôle au XVIIIe siècle. A l’occasion de cette fête, on fabrique et on consomme les coques. 

Antonin Chuchet, le généreux mécène de l’église Saint-Aphrodise à Béziers

28.12.2022 Antonin Chuchet (1816-1893) est un homme d’affaires né rue des Bains, dans le quartier Saint-Aphrodise à Béziers. Il était le neveu de Casimir Péret, maire de Béziers mort en déportation après sa condamnation pour son opposition au coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte en 1852. Mais ce n’est pas pour ce lien familial que son nom est passé à la postérité.

Il s’occupe de son âme grâce à son argent

Au XIXe siècle, s’il était courant de délier sa bourse en faveur de sa paroisse à l’occasion des obsèques ou des mariages, Antonin Chuchet, lui, avait choisi de le faire lorsque bon lui semblait. À la plus grande satisfaction de ces messieurs de la Fabrique de Saint-Aphrodise – groupe de clercs ou de laïques qui administrait les biens d’une église – au point qu’ils l’avaient nommé membre d’honneur.
La soixantaine arrivant, l’homme a décidé de commencer à s’occuper de son âme, grâce à son argent. Membre de la Société archéologique et amoureux des belles choses, il a entamé cette quête en remplaçant, lors des enterrements, “l’ornement noir du prêtre dont certaines parties tombaient en lambeaux” détaille l’historien local et libraire Alex Bèges.

L’orgue et la colonne de l’Immaculée-Conception

Ensuite, il s’est attaqué à l’éclairage, en achetant “dix-sept lustres en cristal pour les solennités”. Le mécène n’a pas hésité à quasiment imposer le changement des vitraux des quatre grandes fenêtres du chœur. L’inscription “Ex dono Ant Joan Suchet” est apparente sur deux d’entre eux.
Et puis, il y a eu l’orgue. Un projet réalisé avec le grand facteur du Midi Théodore Puget. Les travaux ont démarré en 1883 et ont duré trois ans. Antonin Chuchet a fait graver les initiales du facteur et les siennes sur les deux chapiteaux ainsi que ses armes au bas de la tourelle.  ”Et encore un médaillon de son profil par Antonin Injalbert réalisé en bois, daté de 1884, qui fut fixé au-dessus des claviers, bien visibles d’en bas.”
En 1854, la colonne de l’Immaculée-Conception a été édifiée sur la place Saint-Félix, l’actuelle place Pierre-Sémard. Elle a été détruite en 1880-1881 par décision des représentants de l’État laïque. Alors, Antonin Chuchet a décidé d’en faire reconstruire une dans la basilique. Enfin, il a investi dans des cloches et a acheté un exemplaire de la statue du Christ en croix réalisée par Injalbert. Cette installation n’a pas été du goût de tout le monde, parmi les paroissiens et a déclenché une grosse polémique.

Controverse

L’installation du Christ en croix d’Injalbert dans la basilique Saint-Aphrodise a provoqué un mini-scandale. Gilles Bancarel, Docteur ès Lettres, a retrouvé les écrits vengeurs du Publicateur de Béziers : “Cette œuvre si bien faite au point de vue anatomique porte à tort le nom de Christ, elle pourrait plutôt s’appeler le larron sur le mont Golgotha. Sa place aurait dû être dans un musée, et non dans une église, car on sent que ce n’est point là l’image de Dieu, mourant volontairement pour racheter le monde, mais bien celle d’un misérable auquel la justice humaine fait expier ses crimes.” De son côté, le conseil de Fabrique décida :  “Par autorisation de Monseigneur l’évêque il sera fait en l’honneur du grand christ érigé sur le maître-autel tout ce qui se fait pour les diverses chapelles de l’église quand vient la fête de leurs patrons.” Le Christ en croix est resté dans la basilique.
Source : Saint-Aphrodise dans tous ses éclats, sous la direction de Jacques Nougaret, XXVe cahier de la Société archéologique, scientifique et littéraire, Béziers 2015.

———-

Aujourd’hui, le 29.03.2022, s’est déroulé le traditionnel concours de vins et de coques de St Aphrodise 2022 organisé par Les amis de Saint Aphrodise et la Confrérie de St Andiù.

Les jurys ont décerné :

🍷 Le grand prix de Saint Aphrodise :

Saint Georges d’Ibry – cuvée excellence blanc #Abeilhan

🍷 Le prix de la Ville de #Béziers :

Saint Georges d’Ibry – Chardonnay blanc

🍷 Le prix St Andiù :

Cave coopérative de #Pomerol – Moelleux

🥖 1 Grande coque d’Or :

Boulangerie des Anciennes Arènes, place St Cyr #Béziers

🥖 2 Coques d’Or :

Boulangerie Le P’tit Creux #Béziers,

Boulangerie Saint Jacques #Béziers

🥖 3 Coques d’Argent :

Boulangerie Picarelli #Sérignan

Boulangerie Arnaud #Béziers

Boulangerie Au respect des traditions #Béziers

Rendez-vous le jeudi 28 avril 2022 à 18h30 pour remise des prix dans le cloître de la basilique suivi d’une dégustation de coques et vins blancs.

Recette Coque Saint-Aphrodise

Pour 12 brioches 

Ingrédients: 

500 g de farine T45  (125g + 375g)

100g de sucre

50g de beurre

3 oeufs

5g de sel

125ml de lait

10 g de levure de boulanger

2 cs de fleur d’oranger

zeste de citron

1 jaune d’ oeuf pour la dorure 

Préparation:

La veille :

Préparer le Poolish: Mélanger le lait 125ml, la levure 10g puis la farine 125g ( à deduire de la recette). Laisser buller en moyenne 12h , elle est prête quand ça retombe.

Le lendemain:

Mettre tous les ingrédients dans la machine à pain en premier les liquides avec les oeufs, le beurre, fleur d’oranger,le sucre , zeste citron,sel ,le reste de farine ( 375g ) et enfin le poolish.

Sélectionner le programme pâte. A la fin du programme, faire reposer la pâte 15min.

Dégazer la pâte et détailler en 12 portions et façonner en boudin.Faire lever une heure , le boudin doit doubler de volume .( 30min sous un torchon puis 30 min dans le four à 30°c).

Retirer du four et préchauffer à 180°c. Dorer au jaune d’oeuf battu avec un peu de fleur d’oranger.

Enfourner environ 15min ,verifier la cuisson . Si ça dore trop vite mettre une feuille de cuisson sur les coques . 

Petit + : Le poolish ou levain liquide va permettre d’ obtenir une brioche légère. Etape essentielle de la recette.

———-

http://www.saint-aphrodise.fr

http://www.fr.wikipedia.org

http://www.patrimoinereligieux34.catholique.fr

www.http://patrimoine-de-france.com

http://www.midilibre.fr (Emmanuelle Boillot 28.12.2022)

http://la-biterroise.over-blog.com

Ville de Béziers (Fb)